Découvrir la biodiversité

Accéder au contenu

Scroll

Vaste et très diversifiée par ses nombreux paysages et ses milieux naturels, ses espèces communes et emblématiques, la région Bourgogne-Franche-Comté se compose de 8 départements : Côte-d’Or, Doubs, Jura, Nièvre, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Yonne et Territoire de Belfort.


La Biodiversité en Bourgogne-Franche-Comté

La région se distingue par ses 3 massifs montagneux : le Jura, le Piémont des Vosges et le Morvan. La situation géographique de la Bourgogne-Franche-Comté place la région en tête de trois grands bassins versants hydrographiques : la Saône, la Seine et la Loire. Le territoire est marqué par un patrimoine naturel important à préserver :

  • de vastes forêts (de feuillus et de résineux) ;
  • des ensembles bocagers ;
  • des prairies (notamment en montagne) et ≈ 300 tourbières ;
  • des milieux aquatiques, lacustres, alluviaux et karstiques ;
  • de grands vignobles ;
  • des falaises très présentes dans le paysage ;
  • un réseau de cavités souterraines.

Quelques chiffres

Découvrir la synthèse de la biodiversité en Bourgogne-Franche-Comté

Des espèces répertoriées et connues des espaces gérés et naturels. Infographie : ARB BFC.

Source : MNHN et Sigogne / Données d’après : tableau statut des espèces en BFC – disponible sur le site de la DREAL et information Inventaire National du Patrimoine Naturel  (2018)  données publiques d’occurrences d’espèces et espèces exogènes potentiellement présentes.

Sur la carte

carte aires protegees BFC

Les Aires protégées

La région Bourgogne-Franche-Comté compte un réseau d’aires protégées qui s’appuient sur le Parc National de Forêts, les réserves naturelles, les arrêtés préfectoraux de protection de biotope et les réserves biologiques forestières.
Par ailleurs, dans le cadre de la stratégie nationale 2020-2030, le réseau des aires protégées est amené à se développer en concertation étroite avec les conseils départementaux et les ONG…

Voir le document
Carte zones vertes BFC

Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Floristique et Faunistique

La Bourgogne-Franche-Comté compte 2117 ZNIEFF couvrant près de 45 % de son territoire. Chaque ZNIEFF est décrite par une carte permettant de la situer et une fiche descriptive regroupant de nombreuses informations.
Toutefois les ZNIEFF ont été créées avant la fusion des régions avec des méthodologies différentes, ce qui permet de constater une disparité entre les deux anciennes régions.

Voir le document
carte sites Natura 2000 BFC

De nombreux sites Natura 2000

La répartition des 122 sites Natura 2000 présents en Bourgogne-Franche-Comté.

Voir le document
carte PNR BFC

3 parcs naturels régionaux

La Région Bourgogne-Franche-Comté compte trois parcs naturels régionaux : Haut-Jura, Morvan et Ballons des Vosges, et un projet de Parc Naturel Régional en cours (« Doubs horloger ») où la préservation de la biodiversité est un enjeu.

Voir le document

La connaissance pour agir

ecrevisse pieds blancs

Connaitre la biodiversité régionale

Les données relatives à la biodiversité sont nombreuses et diversifiées. Elles concernent l’ensemble du monde du vivant, flore, fonge, faune et leurs habitats. En effet, ces données naturalistes sont indispensables pour identifier les zones à protéger, calculer des indicateurs d’état et de pression relatifs à la biodiversité. Ainsi, pour que le citoyen puisse s’approprier la biodiversité de sa région, les données sont mises à sa disposition dans le portail Sigogne, et des indicateurs sont produits par l’Observatoire Régional de la Biodiversité.

La structuration de la donnée

Données brutes > Données élémentaires > Indicateurs

De la donnée brute à l'indicateur

Les données brutes (ou données primaires) sont les données non interprétées qui n’ont été soumises à aucun traitement ou toute autre manipulation. Ce sont, par exemple, les données de terrain produites par les naturalistes (nom d’une espèce avec la date et le lieu d’observation).
Enfin, ces données sont ensuite intégrées dans des bases de données, vérifiées, homogénéisées et identifiées. On parle alors de données élémentaires.
Pour finir, ces dernières peuvent alors être agrégées et faire l’objet d’analyses et de traitements statistiques pour produire des indicateurs ayant différentes portées spatiales (ex : commune, région…) et temporelles (ex : suivi de l’évolution d’une population d’une espèce particulière).

Organisation de la donnée

au niveau national

Les données collectées et mises à disposition dans Sigogne s’intègrent plus généralement dans le Système d’information sur la nature et les paysages (SINP), qui a pour objectif :

  • de structurer les connaissances sur la biodiversité, les paysages, les habitats naturels ou semi-naturels et les données traduisant la règlementation ou des objectifs de gestion des espaces naturels ;
  • de mettre à disposition ces connaissances selon des modalités différenciées entre le niveau local, régional, national et selon les publics concernés ;
  • de faciliter la mobilisation des connaissances sur la biodiversité pour élaborer ou suivre les politiques publiques, évaluer les impacts des plans, programmes, projets des différents aménageurs ;
  • de permettre de répondre aux engagements européens et internationaux.

au niveau international

Ce dispositif répond aux objectifs de la Directive Européene INSPIRE. Elle vise à établir en Europe une infrastructure de données géographiques pour assurer l’interopérabilité entre bases de données et faciliter la diffusion, la disponibilité, l’utilisation et la réutilisation de l’information géographique en Europe.
Par ailleurs, il s’inscrit au niveau mondial dans le GBIF (Global Biodiversity Information Facility) qui est un consortium international fondé à l’initiative de l’OCDE. C’est un programme qui tente de rassembler toutes les données de biodiversité afin de les mettre en commun à la disposition des chercheurs et du grand public. En mai 2020, le GBIF mettait déjà en ligne à disposition du public plus de 1,4 milliard de données.