L’économie

Accéder au contenu

Scroll

Les entreprises intègrent de plus en plus la préservation de la biodiversité dans les risques qui pèsent sur leur modèle économique. Toutefois, la route est encore longue pour réussir à stimuler un retour de l’intérêt privé au profit de l’intérêt général (la biodiversité) et c’est dans cet objectif que l’ARB souhaite œuvrer avec les entreprises volontaires. 


Economie et biodiversité

Les acteurs économiques dépendent directement ou indirectement du bon fonctionnement des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Quelle entreprise pourrait se passer d’eau dans sa chaîne de valeur ? Une eau épurée par la végétation, stockée dans les zones humides et mise à disposition gratuitement par la nature. Ces services rendus par les écosystèmes ne rentrent jamais dans la comptabilité des entreprises. Or il est essentiel qu’un investissement massif d’avenir s’opère en faveur de ce socle environnemental sur lequel est bâtie notre économie. Les entreprises sont des acteurs importants qui peuvent s’engager, agir rapidement et durablement pour l’environnement. Une des missions de l’ARB est de faire émerger et valoriser des partenariats avec les entreprises volontaires. 

L’économie et ses enjeux

L’industrie

Historiquement très présente en Bourgogne-Franche-Comté, l’industrie conserve un poids important dans l’économie régionale avec près de 21% des emplois. 

Si l’industrie est généralement assimilée dans le domaine de l’environnement aux pollutions et à la surconsommation des ressources, elle reste l’une des meilleures solutions d’avenir pour la préservation de la biodiversité en innovant, mais aussi en développement des technologies low-tech

En tant qu’industrie c’est tout à fait possible de participer à des programmes de restauration de la biodiversité sur vos dépendances ou bien à travers le mécénat. A vos côtés, l’ARB peut accompagner techniquement pour l’un de vos projets et le valoriser auprès de différents publics.


Les entreprises des autres secteurs

Les secteurs de la construction, des transports, de l’hébergement, de la restauration et des services représentent plus de 140 000 établissements dans notre région.

Quelles soient petites ou grandes, ces entreprises peuvent s’engager pour la préservation de la biodiversité dans la démarche ambitieuse de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).
Aujourd’hui, c’est un axe stratégique incontournable des entreprises pour :
– Se différencier sur un marché en quête de transparence ;
– Valoriser sa marque employeur pour garantir son attractivité ;
– Créer des leviers de productivité.

L’ARB va intégrer le réseau RSE de Bourgogne-Franche-Comté et sera à votre disposition pour vous aiguiller, alors n’hésitez pas à solliciter ce réseau.


L’agriculture

Avec 53% du territoire en surfaces agricoles, ce secteur est probablement l’un des plus stratégiques pour agir en faveur de la biodiversité. 

L’agriculture façonne les paysages et nombre d’espèces dites « communes » dépendent des pratiques conduites par l’exploitant. Avec près de 90 hectares en moyenne par exploitation, l’agriculteur de Bourgogne-Franche-Comté est un conservateur de réserve naturelle en puissance.
Alors que les haies relictuelles ont une fâcheuse tendance à disparaître un peu plus tous les ans en France, l’Etat souhaite financer la plantation de 7000 km de haies dans le cadre de son plan de relance. Le programme « Plantons des haies » a pour objectif d’aider les agriculteurs qui souhaitent favoriser la biodiversité autour et à l’intérieur de leurs cultures en reconstituant les haies bocagères qui les entourent.

A ce propos, rappelons que les haies réduisent les polluants dans les sols, produisent du bois, captent le CO2, structurent les paysages et hébergent de nombreuses espèces de faune et de flore.


La sylviculture 

En terme de surface c’est le second secteur d’importance pour notre région avec 37% du territoire qui est boisé. Par conséquent, un grand nombre d’espèces dépend donc de la qualité de nos forêts qu’elles soient publiques ou privées.

Actuellement, la forêt est exploitée à 40% pour le bois d’œuvre et à 60% pour le bois énergie ou l’industrie. La multiplication des chaufferies collectives présente un risque de surexploitation des forêts avec une industrialisation des pratiques. L’enrésinement de massifs comme le Morvan avec des monocultures de sapins de Douglas (essence originaire d’Amérique du nord) est une autre menace de taille pour les écosystèmes forestiers, ces méthodes sont liées là encore à une intensification de l’exploitation du bois par de grands investisseurs. Il s’ensuit que les épisodes de sécheresses et la concentration des essences favorisent les maladies qui déciment actuellement des pans entiers de forêts. 

Une solution pour accroitre la résilience des forêts face aux changements climatiques serait d’avoir des forêts plantées en mosaïque constituées d’essences mélangées. En d’autres termes, il semblerait que la biodiversité et le bon sens aient encore de l’avenir !


les Infrastructures linéaires de transport 

Les infrastructures linéaires de transport englobent le rail, la route, les canaux mais également les lignes électriques ou les gazoducs. D’une façon générale, ces infrastructures ont un impact sur le paysage et la fragmentation des écosystèmes plus ou moins fortement. 

Une fois existantes elles doivent faire l’objet d’aménagements pour augmenter leur perméabilité vis-à-vis de la faune sauvage essentiellement pour réduire les collisions. 

A l’inverse, dans certains secteurs très dégradés par des pratiques agricoles intensives, elles peuvent parfois jouer le rôle de corridors écologiques lorsque la gestion des abords de ces infrastructures est menée de façon raisonnée. 


Loisirs de plein air et tourisme 

Le tourisme, la chasse et la pêche et les activités de loisirs ont une place importante dans notre région et dans notre société. Dépendantes de la qualité des écosystèmes et du paysage, les activités de plein air sont des facteurs d’attractivité forts de notre région. Ces activités doivent concilier accessibilité et préservation de la biodiversité dans les zones emblématiques* et le patrimoine naturel dans lesquelles elles s’exercent.

Le tourisme est une activité majeure de l’économie régionale activité qui se base sur le formidable potentiel des écosystèmes.
Les pêcheurs comme les chasseurs pour leurs loisirs sont eux aussi tributaires de la bonne qualité des milieux naturels.
Pour la chasse, il n’ y a pas de populations pérennes d’espèces dans les grandes monocultures d’herbes ou de céréales (dépourvues de zones refuges bocagères et d’invertébrés). Les associations de chasse l’ont bien compris et se lancent dans des programmes ambitieux de plantation de haies, de restauration de cours d’eau ou font des essais de plantation de couverts végétaux d’interculture avec des essences mellifères. 

Chasse, pêche, tourisme, sports en plein air... En lien avec divers acteurs économiques, l’ARB souhaite mettre en place des partenariats pour agir sur ces différentes thématiques des loisirs de plein air au tourisme.
* Exemple d’un document sur les bonnes pratiques des sports de plein air, réalisé par le CPIE Haut-Doubs et Haut-Jura.

Agir

Quelques programmes

pour agir en faveur de la

biodiversité 

le Reseau RSE

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) s’adresse aux entreprises et organisations qui souhaitent repenser leur stratégie ou leur gouvernance afin de s’adapter aux évolutions et enjeux de la société (énergie, biodiversité, climat, diversité des ressources humaines, dialogue social, emploi, santé, sécurité…). 

Voir le site

Programme Entreprises Engagées pour la Nature (EEN)

Le programme « Entreprises engagées pour la nature-act4nature France » a pour ambition d’engager les entreprises en faveur de la biodiversité. Il vise à faire émerger, reconnaître et valoriser des plans d’actions de structures qui, indirectement ou directement, ont un impact majeur sur la biodiversité tout en étant dépendantes d’un certain nombre de services rendus par la nature. Ce programme diffère de la charte d’adhésion à la SRB par un engagement plus marqué avec la rédaction d’un programme d’action ! 

Le MEDEF s’engage dans cette nouvelle initiative « engagés pour la nature » et publie un document : Lien du guide entreprises et biodiversité

Voir le site

LA SRB

La Stratégie Régionale de la Biodiversité permet à tous ceux qui le veulent d’agir en faveur de la biodiversité dans tous les territoires de la Bourgogne-Franche-Comté et tous les secteurs d’activités. Signez la charte d’adhésion (lien) et devenez ambassadeur de la SRB Bourgogne-Franche-Comté .

En savoir plus

le collectif cèdre

Le collectif Cèdre a pour objectifs ambitieux de faire se rencontrer des acteurs de l’environnement avec des acteurs socio-économiques du territoire pour permettre à chacun d’améliorer ses actions en faveur de la biodiversité en partageant outils et retours d’expérience. En intégrant le collectif, les structures souhaitent également passer un message fort aux autres acteurs du territoire : leurs actions au quotidien illustrent que les interactions entre l’Homme et la nature peuvent être positives et bénéfiques à tout un chacun.
Le collectif CEDRE est soutenu par la région Bourgogne-Franche-Comté.
Voir le site

en savoir plus  

Contact

Référent pour la thématique « biodiversité et économie » au sein de l’Agence Régionale de la Biodiversité (ARB) :
Antoine Dervaux : →  Contact mail