Préserver la biodiversité

Accéder au contenu

Scroll

Le bien-être de l’humanité, son économie, sa survie reposent en partie sur la biodiversité. Nous sommes tous tributaires de la biodiversité pour l’air que nous respirons, pour l’eau et les aliments que nous consommons. Les activités humaines sont la cause de la disparition de cette biodiversité indispensable : il est urgent de stopper cette tendance et nécessaire de l’inverser.


La biodiversité c’est la vie

Notre société, parfois très éloignée de la nature, repose sur ce capital naturel.

Ces biens que nous apporte la biodiversité commencent par les végétaux qui produisent en partie l’oxygène que nous respirons. Ils sont également la base de notre alimentation tout comme celle de la plupart des espèces animales dont les espèces domestiques. Le bois de nos forêts sert à bâtir, chauffer, écrire, les fibres à fabriquer des vêtements…

Le rôle de la biodiversité

La biodiversité c’est aussi tous les services rendus gratuitement à l’humanité dont elle n’a pas conscience. Ils sont quasi impossible à monétiser (estimé entre 125000 et 140000 milliards de dollars par an [1]).
Le bon fonctionnement des sols, substrat principal pour les végétaux, dépend des invertébrés et des champignons. Quant aux insectes pollinisateurs, ils sont indispensables pour la survie de nombreuses plantes… mais aussi des êtres humains. La biodiversité sert également à stocker l’eau dans les milieux humides ou à la retenir dans les terres agricoles grâce aux haies qui jouent notamment un rôle d’épurateur en éliminant certains polluants.
Dans une période où les changements climatiques apparaissent comme le prochain grand défi de l’humanité, la gestion de l’eau sera l’un des grands enjeux pour lutter contre les sécheresses récurrentes et la biodiversité y jouera tout son rôle.


[1] Rapport OCDE sur les financements de la biodiversité, mai 2019

La biodiversité

un enjeu majeur

à prendre en compte

Erosion de la biodiversité

biodiversite agriculture

Les principales causes du déclin de la biodiversité

Le rapport de l’IPBES [1] de 2019 identifie 5 causes principales de disparition de la biodiversité pour les milieux terrestres.

5 CAUSES PRINCIPALES

Ces 5 causes de perte de biodiversité font écho aux mêmes préoccupations des habitants de Bourgogne-Franche-Comté [2].

  • Les changements d’usage des terres avec une homogénéisation des paysages due à une agriculture intensive et une artificialisation des terres liée à une urbanisation grandissante ;
  • La surexploitation des ressources naturelles comme les forêts, avec des plantations monospécifiques et des coupes trop rapprochées ;
  • Le réchauffement climatique avec pour conséquence des sécheresses répétées et des modifications d’habitats entraînant des déplacements d’espèces ;
  • La pollution des eaux et des sols par les pesticides, les engrais, les rejets domestiques ou industriels ;
  • L’introduction d’espèces exotiques envahissantes pour leurs intérêts économiques ou arrivées de façon accidentelle par l’augmentation des échanges de marchandises.


[1] Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services 2019
[2] Stratégie Régionale de la Biodiversité de Bourgogne-Franche-Comté


L’artificialisation des sols en bourgogne-franche-Comté

En 2015, 7.2% des sols de Bourgogne-Franche-Comté étaient artificialisés contre une moyenne de 9.4% pour le territoire métropolitain [1]. Dans notre région comme ailleurs en France, le taux de changement d’occupation des sols est bien supérieur au taux de croissance de la population avec une augmentation très marquée des grandes aires urbaines (+27% en BFC entre 1999 et 2008 [2]).

[1] Document produit par l’Observatoire Régional de la Biodiversité sur l’artificialisation des sols
[2] Article de la DREAL BFC sur l’artificialisation des sols


Quelles solutions

pour protéger la biodiversité ?

Solutions

L’avenir des sociétés humaines est lié au bon état des espèces, des ressources et des milieux naturels, alors que faire ?

Plusieurs pistes ont été proposées au niveau mondial [1] dont :

  • Une mutation massive de l’agriculture intensive vers l’agro-écologie ou l’agriculture biologique et une consommation raisonnée de viande
  • Un renforcement des énergies douces et durables : en s’inspirant des Solutions Fondées sur la Nature (SFN) ou revenant au bon sens du fonctionnement naturel des écosystèmes
  • Une prise en compte de la biodiversité au même titre que les enjeux climatiques

[1] Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services 2019


Des exemples expliqués à mettre en place :

abeille sur fleur jaune

Agissons !

Il est temps d'agir collectivement

En France, la loi de reconquête de la biodiversité du 8 août 2016 a été promulguée en ce sens mais force est de constater qu’aujourd’hui, les résultats ne sont pas ceux espérés « non seulement la reconquête n’est pas amorcée mais au contraire, le déclin se poursuit [1] ».

Les changements sont possibles mais il est urgent de les faire maintenant et de mobiliser dans ce sursaut toute la société, du citoyen aux collectivités en passant par le secteur privé.

[1] CESE :Conseil économique, social et environnemental
Bilan de la loi pour la reconquête de la biodiversité de la nature et des paysages A. Bourgrain Dubourg, P. Ferey 2020

En savoir plus