Enquête : Soyons attentifs au Lucane cerf-volant

Accéder au contenu

Scroll

Retour

Lucarne Cerf Volant

Enquête jusqu’au 31 Juillet

Il est gros, très gros pour un insecte… c’est même le plus gros des coléoptères d’Europe. Cela le rend assez facilement repérable, et ça tombe bien : La campagne de recensement annuelle du lucane cerf-volant reprend grâce au CBNFC ORI et l’OPIE FC.

Assez spectaculaire, on l’appelle « cerf-volant » à cause de l’impressionnante envergure des mandibules de ses mâles, qui rappelle les bois des cervidés… Il vit dans les forêts feuillues où il se nourrit de sève (la larve se nourrit de bois en décomposition) et peut se retrouver jusque dans les grands parcs et jardins arborés. C’est un insecte actif au crépuscule et la nuit.

Au fil des années, les connaissances sur ce dernier s’améliorent. Participons tous ensemble à cette enquête pour poursuivre dans ce sens !

Organisateur

CBNFC ORI - OPIE FC

Date de l'évènement

Le 31.07.2021

Lieu

Bourgogne-Franche-Comté

participer

Participez à l'enquête en Bourgogne-Franche-Comté !

Côté Franche-Comté :

Saisissez votre observation directement via le formulaire en bas de cette page :
Lien formulaire

Pensez à joindre une photo de votre observation pour aider les experts à valider votre donnée !

Côté Bourgogne :

Rendez-vous sur le site Faune-Bourgogne, rubrique « les enquêtes ».
L’enquête n’est pas en cours actuellement ? Vous avez observé une autre espèce ?
Alors rendez-vous sur E-Observations.

Où et quand l'observer ?

De mai à juillet ouvrez l’oeil et l’oreille : Lisières et trouées forestières, Chemins forestiers, jardins individuels arborés, Grands parcs / Zones urbaines. Le Lucane cerf-volant n’est pas toujours facile à repérer : les larves se développent sous la terre et les adultes ont une activité crépusculaire et nocturne.

Comment repérer des individus ou traces de Lucane cerf-volant ?
En cherchant les adultes dans le bois mort ou les tas de bois. En recherchant des restes d’individus qui ont été consommés par des prédateurs, notamment les mandibules, jonchant le sol en forêt.

Suivez notre

1 fois par mois

Newsletter